" Les gens n’ont plus le courage d’assumer leurs idées "
0 Etudiant en neuropsychologie, Mickaël s'est d'abord investi au sein d'une association d'aide aux malades, avant de voir dans la politique une solution plus globale aux problèmes qu'il voulait combattre.
Bien qu'il ait toujours été sympathisant du Front National, il attend janvier 2011 et l'élection de Marine le Pen à la tête du FN pour prendre sa carte. Les présidentielles sont avant tout "la rencontre entre un homme (ou une femme) et un peuple", dit-il, et il ne se serait peut-être pas encarté si Marine le Pen n'avait pas été investie.
Par son look, son discours, Mickael est représentatif d'un mouvement jeune radicalement nouveau au FN, réfutant toute idée extrémiste. Pour Mickael, militer au FN c'est, avant toute chose, faire connaître les idées de sa candidate "au-delà des clichés qu'on leur colle". De plus en plus investi, il veut faire face à une "crise du militantisme" chez les jeunes d'aujourd'hui, et partage maintenant son temps entre ses études, ses stages et son rôle de secrétaire du FN dans le 2ème et le 4ème arrondissement de Paris.
PROJET
CRÉDIT SUIVEZ-NOUS FACEBOOK TWITTER